DÉVELOPPEMENT DE MÉTHODES INNOVANTES DE DÉTECTION DES AUTO-ANTICORPS NON CONVENTIONNELS DANS LA MYASTHÉNIE AUTO-IMMUNE

Résumé : La myasthénie auto-immune, également appelée « myasthenia gravis », est une pathologie rare de la jonction neuromusculaire. Elle se caractérise par une faiblesse musculaire anormale et une fatigabilité excessive. Actuellement, le diagnostic sérologique de cette pathologie est réalisé par un dosage radio immunologique des auto-anticorps. Il est estimé, grâce à ce dernier, que 80% des patients possèdent des auto-anticorps anti-RACh et 10% des auto-anticorps anti-MuSK. Mes travaux ont donc eu pour objectifs de développer, d’adapter et d’instaurer des techniques de détection innovantes afin d’améliorer le diagnostic des 10% de patients séronégatifs pour lesquels aucun auto-anticorps conventionnel n’a été détecté. Des études récentes ont montrées grâce à un test en CBA, que certains patients possèdent des auto-anticorps anti-RACh sensibles à la conformation du récepteur. L’équipe du Pr SCHAEFFER a mis au point en 2014 un test similaire permettant la détection de tels auto-anticorps. Mon travail a donc débuté par l’adaptation et la validation de cette méthode afin de la rendre disponible en tant que diagnostic de routine. La mise en place de cette technique a permis de rendre un diagnostic à près de 9% des patients SNMG. J’ai ensuite poursuivi mes recherches afin d’élargir ce type de test à la détections d’autres anticorps potentiellement impliqués dans la myasthénie tels que les anticorps anti-agrine, anti-MuSK et anti-LRP4. Toutefois, les résultats obtenus soulignent que cette technique n’est pas spécifique. C’est pourquoi, j’ai axé mes travaux en abordant une approche différente consistant à développer un test non ciblé permettant de détecter des anticorps dirigés contre la structure post-synaptique de la JNM. Cette stratégie repose sur l’utilisation de myoblastes humains cultivés sur des « micropattern » contraint à se différencier et à exprimer des clusters de RACh semblables à ceux observés in vivo. Les résultats préliminaires de ces travaux sont encourageants. L’objectif in fine de ce projet serait de pouvoir détecter tous les anticorps impliqués dans la myasthénie (sans pour autant en connaître la nature) grâce à ce test et donc de rendre un diagnostic à tous les patients. Et à long terme, on pourrait déterminer quel composant de la JNM est ciblé grâce à la spectrométrie de masse.
Type de document :
Mémoire de diplôme
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [51 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-ephe.archives-ouvertes.fr/hal-01964989
Contributeur : Samantha Ballesta <>
Soumis le : jeudi 10 janvier 2019 - 14:44:00
Dernière modification le : jeudi 17 janvier 2019 - 01:13:36
Document(s) archivé(s) le : jeudi 11 avril 2019 - 14:22:07

Fichier

Mémoire_Samantha_Ballesta.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01964989, version 1

Collections

Citation

Samantha Ballesta. DÉVELOPPEMENT DE MÉTHODES INNOVANTES DE DÉTECTION DES AUTO-ANTICORPS NON CONVENTIONNELS DANS LA MYASTHÉNIE AUTO-IMMUNE. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨hal-01964989⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

40

Téléchargements de fichiers

72