Identification et Analyse d'un Facteur de Survie des Photorécepteurs à Cônes de l'Epithélium Pigmentaire Rétinien

Résumé : Il existe de nombreuses maladies héréditaires qui affectent les photorécepteurs de la rétine. L’une d’elles, appelée rétinopathie pigmentaire est caractérisée par une dégénérescence irréversible et progressive des photorécepteurs à bâtonnets, responsable de la vision périphérique, suivie dans une seconde phase de la mort des photorécepteurs à cônes, les cellules les plus importantes pour la vision. Il a été démontré par notre laboratoire que la dégénérescence secondaire des cônes résultait de la perte d’expression de facteurs de survie exprimés et sécrétés par les bâtonnets. Par une approche de criblage basée sur un modèle de cultures enrichies en cônes et par criblage par expression d’une banque d’ADNc issue de rétine neurale de souris, nous avons précédemment identifié en 2004 un de ces facteurs, RdCVF (Rod derived Cone Viability Factor). Nous avions montré que ce facteur chez la souris rd1, modèle de la pathologie, conduit à la protection de 40% des cônes. De ce fait, il peut exister d’autres sources de protection pouvant conduire à une protection totale des cônes, telles que des facteurs provenant de l’épithélium pigmentaire rétinien. Dans le travail présenté ici nous avons dans un premier temps démontré qu'il existait un ou plusieurs facteurs trophiques issus de l'épithélium pigmentaire rétinien. Pour identifier ces facteurs additionnels, nous avons initié une recherche de ces facteurs en reprenant les expertises acquises en criblant une banque d’ADNc d’épithélium pigmentaire de rat. Nous avons identifié à l’issu du criblage de la banque un facteur de survie que nous avons nommé Epithelium derived Cone Viability Factor (EdCVF). L’analyse bioinformatique de ce facteur montre qu’il pourrait s’agir d’un facteur de transcription ZFP180. Dans un deuxième temps, l'analyse de ce facteur in vitro a montré que celui-ci avait bien un effet spécifique sur les cônes dans les cultures enrichies en cônes d'embryons de poulet, puis nous avons démontré que ce facteur n'avait pas d'effet synergique in vitro avec le facteur de survie RdCVF, le facteur sécrété par les photorécepteurs à bâtonnets. Le projet avait pour objectif d’identifier des facteurs de survie des cônes pour le traitement de la rétinopathie pigmentaire en complément du facteur RdCVF. Néanmoins l’absence d’effet synergique entre les deux facteurs suggère qu’EdCVF ne possède pas ce potentiel. Il serait donc maintenant important de comprendre par quels mécanismes un facteur de transcription, tel que ZFP180 produit un effet de survie sur les photorécepteurs à cônes et ainsi ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques.
Type de document :
Mémoire de diplôme
Biologie cellulaire. 2011
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [79 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-ephe.archives-ouvertes.fr/hal-01478832
Contributeur : Samuel Haroutunian <>
Soumis le : mardi 28 février 2017 - 13:59:06
Dernière modification le : mercredi 21 mars 2018 - 18:57:36
Document(s) archivé(s) le : lundi 29 mai 2017 - 14:14:36

Identifiants

  • HAL Id : hal-01478832, version 1

Collections

Citation

Géraldine Millet-Puel. Identification et Analyse d'un Facteur de Survie des Photorécepteurs à Cônes de l'Epithélium Pigmentaire Rétinien. Biologie cellulaire. 2011. 〈hal-01478832〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

120

Téléchargements de fichiers

71