Analyse fonctionnelle du complexe hNup107-160 des pores nucléaires en mitose

Résumé : Chez les eucaryotes, le noyau renferme le matériel génétique de la cellule. Il est isolé du reste de la cellule par une double bicouche lipidique, l’enveloppe nucléaire (EN). Les échanges entre le noyau et le cytoplasme se font par l’intermédiaire des pores nucléaires ou NPCs (pour Nuclear Pore Complexes). Les NPCs sont composés d’une trentaine de protéines appelées nucléoporines (ou Nups) organisées en sous complexes. Le complexe hNup107-160 est le sous complexe majeur , par sa taille, des pores nucléaires. Ce complexe est conservé au cours de l’évolution, malgré une certaine variabilité entre espèces. Il est composé de neuf protéines distinctes (hNup160, hNup133, hNup107, hNup96, hNup85, hNup43, hNup37, hSec13 et hSeh1) et fait l’objet des études menées au laboratoire. En interphase, le complexe hNup107-160, est localisé de façon symétrique sur les faces cytoplasmique et nucléaire des pores nucléaire. A ce stade, il est impliqué dans l’export des ARN messagers et dans la biogénèse de novo des NPCs. Chez les vertébrés, la mitose est dite ouverte et nécessite la rupture de l’EN et le désassemblage des NPCs. En fin de mitose, il y a reformation de l’EN autour des chromosomes des deux cellules filles. A cette étape, le complexe hNup107-160 est essentiel au réassemblage des NPCs. Durant la mitose, une fraction du complexe hNup107-160 est localisé aux kinétochores, structures impliquées dans l’ancrage des microtubules aux centromères des chromosomes mitotiques. Il a été démontré dans le laboratoire, que le domaine N-terminal de hNup133 interagit avec CENP-F, une protéines des kinétochores, spécifiquement localisé à l’EN en prophase. Dans le cadre de mes travaux, je me suis intéressée d’une part, au rôle de la protéine hNup133 lors de la transition G2/M. Ainsi, j’ai entrepris la production et la caractérisation d’anticorps monoclonaux dirigés contre le domaine N-terminal de hNup133, impliqué dans l’interaction avec CENP-F. J’ai aussi contribué à montrer que cette nucléoporine recrute CENP-F à l’EN en prophase. Cette interaction participe à la localisation de NudE/EL et la dynéinedynactine à l’EN. De plus, ce réseau moléculaire, participe à l’ancrage des centrosomes à l’EN. Enfin, nous avons aussi démontré que ce réseau agit de façon indépendante des protéines RanBP2/BiCD2, récemment impliquées dans le positionnement des centrosomes à l’EN en prophase. D’autre part, j’ai étudié la dynamique des membres du complexe hNup107-160 en mitose, en utilisant la méthode de la FCCS (Fluorescence Cross Correlation Spectroscopy). Cette technique permet de suivre in vivo la diffusion simultanée de deux protéines étiquetées par des fluorochromes différents. Lors de cette étude, j’ai d’abord validé l’application de la FLCS (Fluorescence Lifetime Correlation Spectroscopy) aux signaux de FCCS dans le but d’éliminer le passage de signal de la GFP dans le détecteur de la mCherry. Une fois la technique validée pour l’interaction entre hNup107 et hNup133 en mitose et en interphase, j’ai entrepris l’analyse des interactions entre hNup107 et les autres membres du complexe.
Type de document :
Mémoire de diplôme
Biologie cellulaire. 2011
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [103 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-ephe.archives-ouvertes.fr/hal-01478588
Contributeur : Anna Marenelly <>
Soumis le : mardi 28 février 2017 - 11:24:16
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:18:16
Document(s) archivé(s) le : lundi 29 mai 2017 - 13:20:15

Identifiants

  • HAL Id : hal-01478588, version 1

Collections

Citation

Imène Bouhlel. Analyse fonctionnelle du complexe hNup107-160 des pores nucléaires en mitose. Biologie cellulaire. 2011. 〈hal-01478588〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

84

Téléchargements de fichiers

59