ROLE DE L’HORMONE DE CROISSANCE DANS L’ATROPHIE MUSCULAIRE ET L’ATHEROSCLEROSE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE II

Résumé : Un muscle est constitué de différents types de fibres qui déterminent son profil métabolique global et sa structure. L'hypokinésie conduit à des modifications morphologiques, structurales et métaboliques à l’origine de la diminution de la masse musculaire et de la section des fibres. Ces changements s’accompagnent d’un remodelage de la composition en chaînes lourdes de myosine et de l’activité enzymatique passant d'un métabolisme oxydatif à un métabolisme glycolytique. L’hormone de croissance (GH) qui agit sur la croissance et le métabolisme énergétique musculaire apparaît comme un facteur de régulation. Dans le but d’étudier les effets de la GH sur le muscle et plus particulièrement sur les différents types de fibres musculaire nous avons recherché les variations d’expression des ARNm codant pour le GHR (récepteur de la GH) et l’UCP3 ("uncoupling protein3": protéine impliquée dans le métabolisme énergétique) dans les muscles soléaire (SOL) et extenseur long des doigts (EDL) chez des rats contrôles et soumis à une hypokinésie, par RT-PCR et hybridation in situ. Les ARNm codant pour le GHR et l’UCP3 sont plus exprimés dans les muscles EDL que dans les muscles SOL des rats contrôles et sont surexprimés durant l’hypokinésie. Exprimés en fonction de la surface des types de fibres (I, IIA dans le muscle SOL et I, IIA, IIB dans le muscle EDL) ces deux transcrits ne montrent que de faibles différences entre les rats contrôles et suspendus. Par microscopie électronique nous avons pu démontrer que les ARNm ne sont localisés qu'en dehors des myofibrilles. Pour définir la surface où sont présents les transcrits nous avons estimés l'expression des ARNr 18S. Ces derniers sont exprimés différemment selon le type de fibre en accord avec les travaux de Habets et al. (1999). Rapportés à ces valeurs le calcul de densité des ARNm codant pour le GHR et l’UCP3 par type de fibre montrent que les fibres glycolytiques (IIB) expriment plus les ARNm codant pour le GHR et l’UCP3 que les fibres oxydatives-glycolytiques (IIA) et oxydatives (I) chez le rat contrôle. Cependant, dans les muscles atrophiés, les fibres lentes en transition vers les phénotypes rapides, surexpriment ces deux transcrits. Dans les artères de sujets atteint de diabète de type II, l’expression des ARNm codant pour le GHR est supérieure dans les artères présentant des signes d’athérosclérose comparée aux sujets sains. De même, la protéine du GHR est plus exprimées dans les artères athéromateuses. La mise en évidence par RT-PCR in situ d'une synthèse de GH dans ces mêmes artères confirme l’hypothèse de son rôle autocrine ou paracrine lié au processus de prolifération cellulaire.
Type de document :
Mémoire de diplôme
Biologie cellulaire. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [227 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-ephe.archives-ouvertes.fr/hal-01360392
Contributeur : Anna Marenelly <>
Soumis le : lundi 5 septembre 2016 - 16:44:45
Dernière modification le : vendredi 21 octobre 2016 - 14:39:33
Document(s) archivé(s) le : mardi 6 décembre 2016 - 14:01:59

Licence


Copyright (Tous droits réservés)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01360392, version 1

Collections

Citation

Cassé Al Hassan. ROLE DE L’HORMONE DE CROISSANCE DANS L’ATROPHIE MUSCULAIRE ET L’ATHEROSCLEROSE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE II. Biologie cellulaire. 2016. 〈hal-01360392〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

104

Téléchargements de fichiers

246