Mise en évidence de variants de la protéine de capside du virus de l’Hépatite C et de leurs effets sur la signalisation du TGF-_

Résumé : Le Virus de l’Hépatite C (VHC) est l’une des premières causes de pathologie hépatique dans le monde. Ce virus à ARN est responsable de l’hépatite C qui aboutit au développement de la fibrose et du cancer du foie. Le VHC, présente une hétérogénéité génétique importante chez les malades infectés qui se traduit par la présence d’une population virale hétérogène chez un même individu appelée quasi-espèce. La protéine de capside du VHC est le constituant principal de la nucléocapside et possède également la capacité d’interagir avec plusieurs protéines cellulaires et ainsi de moduler plusieurs voies de signalisations cellulaires. En particulier, il a été démontré que la capside inhibait les transcriptions dépendantes du TGF-_ et modulait les réponses biologiques de cette cytokine. Afin de déterminer si des variants de capside peuvent avoir acquis des propriétés nouvelles au cours du développement de pathologies chroniques liées au VHC, nous avons analysé la quasi-espèce virale à partir de deux cohortes : des patients ayant développé un carcinome hépatocellulaire (CHC) ou des patients ayant développé une hépatite fibrosante cholestatique (HFC) après transplantation. Pour chaque patient, nous avons défini différents compartiments (foie tumoral, foie non tumoral, foie natif, sérum), et avons analysé la quasiespèce virale et déterminé le variant majoritaire de capside pour chaque compartiment. Pour étudier les réponses au TGF-_ dans des cellules exprimant ces capsides, les différents variants ont été clonés dans un vecteur eucaryote. Afin de mener à bien cette étude, différentes techniques de biologie moléculaire ont été utilisées comme la PCR, le clonage, le séquençage, l’analyse phylogénique ainsi que des techniques de biologie cellulaire comme la transfection de plasmide en cellules d’hépatomes (HuH7), l’étude de l’activité promotrice d’un gène à l’aide d’un plasmide reporter couplé à la luciférase, l’immunofluorescence ainsi que des westerns blots permettant d’observer l’expression des protéines de capside après transfection. Les résultats obtenus au cours de ce travail, permettent de démontrer l’existence d’une compartimentation significative des variants de capside chez les patients atteints de CHC et une augmentation de l’hétérogénéité génétique des séquences de capsides tumorales. Dans la cohorte HFC nous n’avons pas observé de regroupement significatif des variants de capside dans un compartiment particulier et la diversité génétique de la quasi-espèce avant transplantation n’était pas prédictive d’une rechute sévère de la maladie. Nous avons confirmé la capacité inhibitrice des différents variants de capsides sur les transcriptions dépendantes de Smad3, facteur de transcription spécifique du TGF-_. Pour toutes les capsides de la cohorte HFC l’inhibition des transcriptions Smad3 dépendantes est comparable. Concernant la cohorte CHC, l’inhibition est plus importante lorsque le variant tumoral est exprimé par rapport au variant non tumoral d’un même patient. Néanmoins cette différence est à la limite de la significativité. De plus, l’utilisation de la cohorte CHC a permis de mettre en évidence de façon significative une différence de localisation en fonction de l’origine des capsides.
Liste complète des métadonnées

https://hal-ephe.archives-ouvertes.fr/hal-01479192
Contributeur : Samuel Haroutunian <>
Soumis le : mardi 28 février 2017 - 16:41:09
Dernière modification le : mercredi 1 mars 2017 - 10:14:10
Document(s) archivé(s) le : lundi 29 mai 2017 - 15:59:57

Identifiants

  • HAL Id : hal-01479192, version 1

Collections

Citation

François Rimlinger. Mise en évidence de variants de la protéine de capside du virus de l’Hépatite C et de leurs effets sur la signalisation du TGF-_. Virologie. 2011. 〈hal-01479192〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

118

Téléchargements de fichiers

56